CHEMINS
DE
Belgique

site dédié au déplacement non motorisé

Rendez-Vous sur les Sentiers

 Nous remercions la l'asbl Lasne Nature  pour l'illustration ci-dessus

Adresses - Introduction - Dernières nouvelles - réunions et journées de défrichages - Cartographie/orientation/itinéraires - Codes et règlements



Révision du Code forestier : La forêt Wallonne, humains non admis !

Les cavaliers, meneurs (attelage) et piétons avec poneys/ânes de bas sont concernés par le maintien et le développement d'itinéraires conviviaux. Ils ont besoin de chemins et sentiers les amenant quelques part : Réseau entre villes et village ; Itinéraires à la découverte d'un patrimoine architectural, culturel ou naturel, avec aménagement éventuel de points d'arrêt et d'aires de pique nique adaptés…

Nul besoin d'être affilié à quoi que ce soit pour circuler avec des chevaux, ânes ou poneys : pas de licence, pas d'immatriculation.. et pourtant, rien que l'ARTE Brabant est riche de près de 2000 membres souhaitant simplement être reconnus et faire valoir leur droit de circuler et de faire la promotion de tout le positif de ces modes de circulation traditionnel et immémoriaux.

Il est important de rappeler que l'équitation de loisir en général, et le tourisme équestre en particulier, représentent des enjeux économiques importants, dont les pouvoirs publics n'ont pas encore pris la mesure, car il s'agit tourisme de loisir actif et de proximité, dont les retombées économiques sont immédiates et locales.

Le développement de ces modes de déplacement à échelle humaine, conviviaux et respectueux de l'environnement passe nécessairement par le maintien en tout cas, et l'aménagement si possible, d'un réseau de chemins compatibles.
Incontestablement, c'est là que se situe le principal obstacle au développement de l'équitation d'extérieur et de l'attelage de loisir et la gestion de ce réseau dépend d'abord et avant tout du pouvoir communal et des règlements forestiers.

La révision du Code forestier est postposée... Cela grace à vous qui vous êtes mobilisés pour exiger une concertation avec TOUS les "acteurs" concernés.
R
estons vigilants !!!



- Introduction :

Vous habitez la Belgique et aimez vous retrouver loin de la civilisation, de ses bruits, de ses odeurs, de son rythme artificiel, bref, vous aimez les randonnées à pied, en vélo ou à cheval. Mais parfois les chemins sont impraticables... Nous sommes nombreux à les partager ; pour les défendre, il faut les respecter, mais aussi nous respecter les uns les autres. Nous avons sur ce site vos questions et informations sur ce sujet : informations sur la législation - suggestions de bonne conduite - Où acheter des cartes - A qui demander conseil pour un itinéraire - que faire en cas de chemin impraticable ou abusivement fermé démarches à effectuer - des informations sur des régions particulières (forêt de Soignes) - Sécurité : équipements - etc.
Et nous vous proposons de nous rejoindre sur le site sentiers.be dont nous sommes co-fondateurs
- Cartographie/navigation/itinéraires

- GEOLIVES : itinéraires dans toute l'Europe à partager et cartes virtuelles à acheter (recevez deux cartes gratuites avec les codes de parainage FFE ou VVR)
- Circuits équestres en Belgique (mais pourquoi pas les suivre à vélo ou à pied ?)
- G.P.S. système de positionnement par satellite
- Autres Editeurs de Cartes et de Guides


 

- Associations et organismes divers / adresses utiles :
- Belgique
- France
- Marcheurs
- Cyclistes
- Cavaliers
- sites dédiés à la randonnées
- Règlements et codes :
- Belgique
- France
- Actions possibles
- Est ce un chemin ouvert au public ?
- Chaque fois que vous vous trouvez face à un chemin public barré, écrivez à la commune concernée, avec copie au ministère régional et au commissariat du tourisme concerné... (voir adresses utiles)
- Que faire en cas d'entrave d'un chemin  HippoNews mars 98
- Suivez (ou précédez...) la FFE : Nos Chemins = un patrimoineCommissaires Verts
- participer  à des Journées de défrichages
- Belgique : mobilisez vous sur le plan communal !
- Défense des chemins : la pratique vue du côté d'un gestionnaire de voirie
- Rendez-vous sur les sentiers : mettez un chemin ou sentier à l'honneur

- News

- Les querelles linguistiques ont parfois des suites mortelles !
- Félicitations aux communes de Gendinne, Daverdisse et Ferrieres
- Aménagements : Barrières, chicanes etc. (HippoNews avril 98)
- Guide du Balisage Région Flamande,  Région Wallonne
- Mise à jour des informations : Sigles cartographiques
- Belgique : Le RAVEL - Déception à Védrin - revu ?
- Belgique : Nouveau signaux routiers


Chemins pour nous, chemins pour tous ? Le RAVEL 2 à cheval
Examen à la loupe du tronçon Heer (frontière Française) à Namur par la vallée de la Meuse
par Théo Koolen

Personne n’ignore que longer la Meuse depuis la frontière française jusqu’à Namur par la N96 est un vrai plaisir pour l’oeil, et même ceux qui la fréquentent souvent ne s’en lassent pas.

De là l’idée de faire cette route à cheval il n’y a qu’un pas.
D’autant plus que le Ravel 2 se sert des anciens chemins de halage et que ce tronçon semble le prolongement logique de la première partie de ce Ravel 2, le parcours Mariembourg - Doische - Heer.

A propos de cette première partie du Ravel 2, rien à signaler en dehors des reproches déjà connus :
grandes lignes droites monotones, revêtement de béton ne convenant pas aux pieds de nos chevaux et déjà un certain manque d’entretien.

Si le cavalier cherche une écurie pour son cheval à Heer avant de continuer sa route dans la vallée de la Meuse, il faudra être très perspicace.

Imaginons que son point de départ soit Heer et qu’il souhaite rejoindre Namur en faisant éventuellement halte à Dinant, alors au pont de Heer, notre cavalier emprunte le chemin de halage, rive gauche de la Meuse, et tout ira bien pendant 6 km, jusqu’à Hastière où le Ravel 2 disparaît pour ne renaître qu’à Dinant.

Si notre cavalier est persévérant, il quitte la belle vallée à Hastière et par les hauteurs, il emprunte le chemin des bateliers ( chemin de Givet selon les cartes IGN ). Donc, à Hastière, il se dirige vers Anthée, et avant la route montant vers Onhaye, à sa droite, par une forte montée, il cherche son chemin à travers un village de vacances, puis tout droit par les campagnes jusqu’à l’ancien Monastère de Bethléem et la descente sur Dinant. (Carte IGN 53 7-8)

Une deuxième solution serait de traverser la Meuse à Hastière, de suivre le chemin de halage rive droite et de remonter les Cascatelles. Après les hauteurs de Falmagne-Falmignoul, notre cavalier redescend dans la vallée de la Lesse et rejoint la Meuse au Pont St-Jean, à Anseremme. Nous sommes loin du Ravel 2.

Troisième solution : si votre monture aime la grand-route et que vous êtes content de retrouver voitures et camions, rien ne vous empêche de parcourir les 12 km d’asphalte qui séparent Hastière de Dinant... où quelques cercles équestres sont prêts à accueillir notre randonneur, et puis il reste le trajet Dinant-Namur.

Horreur ! Pour quitter Dinant et jusqu’à Anhée notre cavalier se trouve entre la voie de chemin de fer et la Meuse.
A gauche, un talus le sépare de la voie ferrée et à droite, la Meuse, sans aucune protection.
Pour la ligne de chemin de fer, il ne s’agit pas d’une voie désaffectée et c’est là qu’on souhaiterait que son cheval soit sourd et aveugle.
Ces 8 km sont absolument à déconseiller.
Nous proposons à notre randonneur de se ranger côté Collégiale à Dinant (rive droite), de sortir de la cité des Copères direction Yvoir.
Un chemin communal traverse le camping et se prolonge par un charmant chemin bordé de peupliers et de pêcheurs à la ligne, pour rejoindre la route à Houx. Encore quelques centaines de mètres et notre téméraire cavalier traverse le Pont d’Anhée et retrouve tranquillement le Ravel 2, rive gauche, jusqu’à l’entrée de Namur (La Plante).
Ensuite un ami l’attend avec un van ou notre cavalier vous racontera la traversée de Namur dans une prochaine édition.... s’il y survit !

Extrait du magazine HippoNews

 


Envie d'une poubelle plus légère ?

Projet des Cavaliers d'Autre Chose : Jeunes-Eco-Cantonniers

Projet d'Equi-Info-Développement : Mise en oeuvre d'un réseau de transports hippomobiles
et Diffusion vers le public de toutes les initiatives hippomobiles prises dans le cadre de la semaine de la mobilité

Promenades des sécateur :
vous !

Projet de l'ARTE Brabant : allons y à cheval ou en attelage "Circuit par petits groupes à la découverte des restaurants et atractions disposant de "parking chevaux"


- Journées de Défrichages : nettoyage de chemins et sentiers par des associations et/ou des particuliers

Lundi 6 juin à 19h à Mundo Namur - Les Assurances dans les Mondes du "Cheval" par Messieurs Olivier Binet délégué ETHIAS et Daniel Vandenbroeck de Watinco - - 0475/66.55.60

Belgique :
Nettoyage et de défrichage de Chemins
La Semaine des Sentiers, du 10 au 16 octobre 2016

- Nettoyage, entretien, défrichage, promenades des sécateurs... : participez et proposez un projet !«Rendez-vous sur les sentiers» est une action citoyenne ! Le but de cette action est de remettre à l'honneur nos chemins et sentiers au profit de la qualité de vie de tous, de la Nature et de notre environnement. La raison ? D'une part, un regain d?intérêt pour les balades, les randonnées à pied, à vélo, à cheval, les déplacements doux au quotidien, la découverte du patrimoine, et d'autre part une offre souvent insuffisante de petites voies appropriées en état. Face à ce constat certains se mobilisent et nombreux sont ceux qui sont prêts à retrousser leurs manches pour restaurer ce merveilleux patrimoine. L'action «Rendez-vous sur les sentiers» entend d'une part favoriser ces initiatives et leur donner la visibilité qu'elles méritent ! Et d'autre part rappeler les multiples intérêts de ces petites voies ! L'appel à projet est lancé. Cette journée est organisée par et avec la participation de diverses associations de promeneurs et usagers des voies de trafic lent et est inspirée de la journée de défrichage de la FFE (depuis 2009 ces deux événements ne font plus qu'un). La FFE et les Cavaliers d'Autre Chose participent !

ARM - 9 rue Saint-pierre 92200 NEUILLY-sur-SEINE - FRANCE Promenades des Sécateurs : dans le cadre de la Journée Nationale de Défense des Chemins et de promotion des Voies Vertes de la FFE, l'ARTE Brabant propose que chacun, piétons cyclistes, cavaliers et meneurs emporte en promenade un sécateur afin de, le long du chemin ou du sentier, couper ça et la les branches qui en poussant risqueraient de venir à l'obstruer. Cela lors de la journée nationale de netoyage des chemins, mais aussi tout le reste de l'année !


Belgique: Mobilisez-vous au plan communal !

par Etienne de Wouters

L'environnement est appelé à constituer un élément important de la politique au niveau communal.  De nombreuses communes ont d'ailleurs déjà mis sur pied une Commission Consultative d'Aménagement du Territoire (CCAT). 

Dans la perspective de l'établissement d'un Plan Communal d'Environnement et de Développement de la Nature (PCEDN), le Gouvernement Wallon propose, soit d'élargir les compétences de la CCAT, soit d'instituer une Commission Communale de l'Environnement et du Développement de la Nature (CCEDN).  Sa composition et son fonctionnement seraient déterminés par le Conseil Communal. 

Ses compétences couvriraient de très nombreux domaines, allant de la protection de l'environnement à la promotion de la biodiversité en passant par l'aménagement géographique du territoire. 

La composition de la CCEDN (ainsi que de la CCAT), étant basée sur la participation active des citoyens, il y aura un appel public aux candidats, DONC VOUS !  S'il est certain que les organisations locales de défenses de la nature répondront présentes - mais nous représentent-elles réellement ? -, nous y retrouverons également les acteurs de terrain tels que : forestiers, agriculteurs, chasseurs et pêcheurs, propriétaires fonciers, etc. qui ne manqueront pas, et c'est normal, de défendre les intérêts économiques qu'ils représentent. 

Il me parait important de rappeler que l'équitation de loisir en général, et le tourisme équestre en particulier, représentent des enjeux économiques importants, dont les pouvoirs publics n'ont pas encore pris la mesure.  Or le développement de cette forme de tourisme de loisir actif et de proximité, passe nécessairement par le maintien en tout cas, et l'aménagement si possible, d'un réseau de chemins compatibles avec une équitation de qualité : incontestablement, c'est là que se situe le principal obstacle au développement de l'équitation d'extérieur et la gestion de ce réseau dépend d'abord et avant tout du pouvoir communal. 

Soyons concret, que devez-vous faire ? 

- Si votre commune possède déjà une CCAT, proposez votre candidature pour y représenter les intérêts du développement du tourisme équestre et la défense des chemins "verts".  Que vous soyez "professionnels" ou particulier importe peu, pais vous pouvez toujours faire référence de votre appartenance à notre Fédération : plus on parlera de nous dans le monde des décideurs, plus notre poids pourra vous aider à atteindre vos (et nos) objectifs. 

- S'il n'y a pas de CCAT, soyez attentifs et soyez prêts à siéger au sein de la CCEDN en devenir, dont le premier objectif sera de rédiger le Plan Communal d'Environnement et de Développement de la Nature (PCEDN) 

Cet article est rédigé au conditionnel parce qu'il s'agit toujours d'un projet de décret, mais il est important que nous soyons prêts.  la FFE fera le maximum pour vous tenir au courant de l'évolution de ce dossier et se propose d'organiser des réunions de travail AVEC et POUR ses membres présents dans les CCAT et ou CCEDN.  Toutes les personnes intéressés sont invitées à se faire connaître au secrétariat de la FFE ou auprès de leur président d'arte. 

Ne dit-on pas qu'un cavalier averti en vaux deux ?

 


Site de la randonnée sous toutes ses formes
 

J'étais un habitué des ballades seul, à moto ou en Jeep dans les chemins de la région Wallonne. 

Lors du vote du décret Lutgen interdisant la circulation de véhicules automoteurs dans les chemins, j'étais plutôt "pour" au vu des abus que je 
constatais lors de mes randonnées...... Pollution, papier, Bruit, et rejets d'hydrocarbures en masse me dégoutais. 

J'ai alors comme beaucoup autour de moi, abandonné mes ballades, vendu ma moto, échanger ma vieille jeep contre un cheval et au début j'étais plutôt content de pouvoir profiter de ce réseau de chemins en toute quiétude.. 

Mais j'ai constaté au fil des ans que tous ces chemins et sentiers se referment progressivement et aujourd'hui, bon nombre des sentiers du réseau secondaire que j'avais l'habitude de prendre sont inacessibles à cause de la végétation et des ronçes qui les ont envahis. 

Il me vient donc cette conclusion peut-être un peu hative...  que ce réseau de chemins s'auto-entretenaient du temps ou la circulation y était autorisée et que dans un avenir proche, nous, contribuables allons devoir débourser de grosses sommes d'argent afin de réhabiliter des chemins qui se trouvent sur les cartes d'état-major mais, qui, dans la réalité sont devenus impraticables. 

Qu'en pensez-vous? 

 

 


 
 

Le cheval : mode de déplacement économique et convivial !


webmaster