Equi-Info-Developpement asbl

 

 

Faculté de Médecine Vétérinaire Belgique


La Myopathie atypique des équidés
Qu'est-ce que la Myopathie atypique (MA) ?

La myopathie atypique (MA), encore appelée myoglobinurie atypique des chevaux au pré, est une maladie généralement fatale se caractérisant par une dégénérescence sévère de différents groupes musculaires, dont les muscles intervenant dans la respiration, la posture, ou encore le muscle cardiaque. La MA frappe les équidés de toute espèce (chevaux de trait, de selle, poneys et ânes) séjournant en pâture la majeure partie de la journée au printemps et en automne. La MA n'est pas une maladie contagieuse mais plusieurs chevaux pâturant sur la même prairie peuvent être touchés. La MA est reconnue depuis 1984 mais, jusqu'à l'automne 2000, la Belgique avait peu rencontré ce syndrome.

Quels sont les facteurs de risque ?

La MA concerne les chevaux pâturant dans des conditions environnementales particulières (prairie souvent en pente, arbres, etc.). Il semble que les conditions climatiques (humidité importante, vent, coup de froid, etc.) jouent un rôle essentiel dans le déclenchement des symptômes. Contrairement à la myopathie induite par l'exercice, l'effort physique n'est pas responsable de la symptomatologie.

Les poulains et les jeunes chevaux apparaissent particulièrement sensibles.

Quelles sont les régions touchées ?

En Belgique, la majorité des cas de MA s'est déclarée en dessous du sillon Sambre-Meuse. En automne 2002, la MA a été confirmée chez 22 équidés (1 seul a survécu) et présumée chez 27 d'entre eux.

D'autres pays tels que la Suisse, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et depuis peu, la France sont également confrontés à ce syndrome.

Quand penser à une atteinte de MA ?

La MA sera présumée lorsque, chez un cheval séjournant la majeure partie du temps en prairie et n'ayant pas fourni d'exercice physique préalable, vous observez les symptômes suivants :

- faiblesse, raideur, difficulté ou refus de se déplacer

- le cheval est trouvé couché au pré et présente des difficultés ou une incapacité à se lever

- tremblements musculaires

- sudation localisée ou généralisée

- l'urine apparaît anormalement foncée

- le cheval semble respirer avec difficulté

- la température rectale est anormalement basse (< 37°C)

Que faire lorsque une atteinte de MA est probable ?

Lorsque les symptômes décrits au paragraphe précédent sont observés en tout ou en partie, appelez de toute urgence votre vétérinaire traitant qui pourra identifier les symptômes spécifiques de la MA (tachycardie et éventuellement, souffle(s) cardiaque(s), polypnée et/ou dyspnée, diathèse hémorragique, myoglobinurie, hypothermie, dysphagie avec éventuellement obstruction œsophagienne, distension de la vessie objectivée par fouiller rectal, etc. ; NB : tous les symptômes cités ne sont pas toujours présents).

Que faire en attendant votre vétérinaire ?

En attendant l'arrivée de votre vétérinaire, couvrez votre cheval si le temps est froid et essayez d'améliorer son confort ; prenez les mesures nécessaires pour le transporter en vue d'une hospitalisation éventuelle ; récoltez les urines et les matières fécales émises dans des récipients propres (l'analyse d'urine contribuera au diagnostic) et rentrez les autres chevaux en écurie lorsque cela est possible. Dans la négative, changez-les de pâture. Les sujets ayant pâturé dans une prairie où un cas de MA a été confirmé doivent être surveillés de façon intensive pendant, au minimum, 48 heures.

Comment soigner la MA ?

La cause de la maladie n'étant pas encore connue, seuls des médicaments visant à limiter la douleur et les lésions associées à la destruction des muscles peuvent être conseillés.

Comment être sûr que votre cheval souffre de MA ?

Le diagnostic définitif repose nécessairement sur l'autopsie (plus de 80% des chevaux souffrant de MA décèdent dans les 48 heures) grâce à l'identification de lésions histologiques typiques. Cette autopsie est primordiale car elle vous permettra de déterminer si votre prairie est à risque et donc, si la MA menace de se répéter sur cette prairie.

Quelles sont les mesures préventives ?

La meilleure mesure préventive consiste à garder les chevaux en écurie durant les périodes à risque (principalement, de mi-octobre à fin novembre et de mi-mars à mi-mai). L'apport d'un complément alimentaire et la présence d'un abri n'auraient pas d'effet protecteur. La MA ne présentant pas les caractéristiques d'une maladie contagieuse, aucune mesure sanitaire ne doit être envisagée.


Recherche menée par L'Université de Liège

Depuis le 1er mars 2003, une recherche subventionnée par la Région Wallonne est menée à l'Université de Liège. Celle-ci vise à établir la cause et à valider un traitement de la MA. De plus, en centralisant les données épidémiologiques et cliniques relatives aux cas de MA se déclarant en Belgique, il sera possible de mieux définir les facteurs de risques et les mesures préventives. Une étroite collaboration avec les propriétaires de chevaux et leur vétérinaire traitant est indispensable pour atteindre les objectifs de cette recherche. Votre vétérinaire peut à tout moment nous joindre pour obtenir les dernières données scientifiques relatives à la MA. Des analyses de sang peuvent être entreprises par nos soins sur tous les cas de MA à la demande des vétérinaires traitants.

Cette recherche est financée par le Ministre Wallon de l'Agriculture et de la Ruralité

(A conserver soigneusement)

Dr D. Votion, Service de Bactériologie FMV, ULG Bât B42 (0.92b), B-4000 Liège dominique.votion@ulg.ac.be
tel 04/ 366.40.96 ou 0497/ 57.01.01
fax 04/ 366.41.36

Voir aussi www.ulg.ac.be/fmv/myopathie.htm


webmaster - Copyright Equi-Info-Développement 1999-2016 Devis gratuit : contactez-nous !