in België op DVD vanaf september 2007
met Nederlandstalige ondertitels


Histoire - Générique - Partenaires - Concours - In het nederlands

Distributeur : Victory Productions


Histoire


Un concours d'obstacles, un cheval, une cavalière.
Elle monte à cheval comme on monte ici, en sautant des barres, des murs, des
haies ; pas de refus, pas de dérobade.
Elle vit comme on vit ici, en avalant les obstacles les uns derrière les autres, toujours plus vite, toujours plus haut.
Jusqu'au point de rupture, la chute et la mort de son cheval, la trahison et la mort de son mari, qui la laissent terrorisée et exsangue, incapable de comprendre et de se relever, incapable de remonter à cheval, d'aimer à nouveau, de vivre.
Une carrière sans obstacle, une écurie vide, un vieux cheval blanc, un vieil homme.
Il n'a jamais sauté une barre, un mur, une haie, jamais fait de parcours, jamais gagné de compétition, et pourtant il fait danser les chevaux comme personne, dans la douceur et l'harmonie, dans une compréhension mutuelle, une intelligence équestre délicate et profonde mais qu'il n'a jamais réussi à mettre au service de sa vie.
Avec lui, elle va transcender sa peur et se remettre en selle, découvrir un autre rapport aux chevaux, aux hommes, réapprendre à vivre, autrement… Avec elle, il va découvrir le besoin de transmettre, le plaisir de donner, le bonheur d'aimer…





Concours

DVD et affiches ont été gagnés
dans le magazine HippoNews,
sur les forums d'Equi-Info ,
auprès de l'ARTE Brabant
dans le périodique l'Eperon (GHCR)
auprès de la Fédération Nationale Belge du Pure Race Espagnole
auprès de l'ARTE Hainaut
auprès de l'ARTE Namur
auprès de l'ARTE Liège
auprès l'ARTE Luxembourg
sur Radio Nostalgie
ect..

Chevaux & Poneys Mes compagnons d'aventure - éditions Panini des centaines d'albums offert aux spectateurs pour leurs enfants par Panini : Chevaux, ponys, compagnons d'aventure



Générique

Réalisé par Valérie Guignabodet
Avec Mathilde Seigner, Sami Frey, Anthony Delon et Jean-François-Pignon

Entretien avec Valérie Guignabodet

Entretien avec Sami Frey

Entretien avec Mathilde Seigner

Entretien avec Jean-François Pignon



Entretien avec Valérie Guignabodet

Comment est née l'idée de ce film ?

Ce film est la réunion de mes deux grandes passions, les chevaux et le cinéma.
J'ai deux chevaux et je monte entre cinq et dix fois par semaine : c'est une grande part de ma vie... Néanmoins je n'avais pas envie de faire un film sur les chevaux mais plutôt sur ce qu'ils nous enseignent.
Car on croit dresser les chevaux mais, dans le fond, c'est nous-mêmes que nous transformons…

J'ai vécu à peu près le même parcours personnel et équestre que le personnage joué par Mathilde.
L'histoire d'une femme qui monte à cheval comme elle vit, comme vivent beaucoup de femmes d'aujourd'hui : en s'imposant des obstacles de plus en plus hauts. Et qui, forcément, finit par se casser la figure, à cheval et dans sa vie privée. Paralysée par la peur, elle se retrouve incapable de se remettre en selle, incapable d'aimer à nouveau, incapable de vivre. Jusqu'à ce qu'elle rencontre ce vieil écuyer qui, en lui apprenant à monter à cheval autrement, à danser au lieu de sauter des obstacles, va, sans le savoir, lui apprendre à vivre autrement. C'est d'abord un film sur la vie, cette vie exigeante et déséquilibrante dans laquelle nous nous débattons tous ; Or la recherche de l'équilibre, de la confiance, de l'harmonie, c'est la base de toute vraie démarche équestre…

Une renaissance équestre que vous avez donc vécue ?

Absolument. Grâce à la rencontre avec un dresseur hors norme : Bernard Sachsé. À la recherche du geste pur, c'est un cavalier d'exception alors qu'il n'a pas l'usage de ses jambes… Á trente ans, il a fait une chute grave lors d'une cascade pour le cinéma et s'est retrouvé en fauteuil. Alors que tous les médecins le condamnaient, deux ans après il faisait les Jeux Olympiques Handisports dans l'équipe de France de dressage. Il a développé une communication intime avec le cheval par le souffle et l'énergie interne, et il a une compréhension des équilibres physiques et psychiques absolument exceptionnelle.
Sous l'impulsion de Bernard, j'ai commencé à lire les manuels d'équitation anciens, du 18ème ou 19ème siècle, et j'ai été stupéfaite d'y trouver de véritables leçons de philosophie.
L'équitation, c'est le rapport à l'autre, un autre très différent de nous : libre, fort, terrorisant et terrorisé…

Un autre que vous ne pourrez jamais vaincre par la force - il fait dix fois votre poids - mais seulement convaincre par le respect, l'attention, la confiance. Un face à face dangereux et désespérant quand il est raté, mais totalement magique quand il est réussi. De là à transposer cela aux rapports humains, il n'y avait qu'un pas…

Des rapports humains incarnés par des personnages que tout opposent…
…sauf leur amour des chevaux ! D'Alexandra, j'ai voulu faire une femme d'aujourd'hui atteinte de blessures finalement assez courantes : la déception et la trahison amoureuse. Comme beaucoup de gens, elle a la douleur polie : elle se sait un peu responsable, peut-être a-t-elle imposé à son mari des obstacles trop hauts ? Elle cache ses blessures, ne se sent pas le droit de se plaindre, ne veut pas inquiéter. Sous une apparence parfaitement lisse, elle flotte dans la vie, n'a plus d'accroche, de racine.
Face à elle, ce vieux maître d'équitation, qui a consacré sa vie entière à la recherche de l'équilibre et du geste pur, avec une passion intransigeante qui l'a coupé des hommes et finalement même des chevaux. Il se retrouve aujourd'hui seul avec son vieux cheval, mais même du fond de sa solitude, il ne lâche rien. Il est incapable de transiger, de renoncer, et même d'admettre qu'il ne peut plus monter à cheval. Or, pour que sa vie serve à quelque chose, pour qu'il puisse transmettre ce qu'il a appris, il lui faut d'abord accepter de passer la main…
Entre eux il y a Miguel, le déraciné, qui "tire au renard " - comme ces chevaux qui préfèrent se briser la nuque à force de tirer et de se débattre plutôt que de rester attachés - trimbalé par un métier qui le fait souffrir mais qui lui permet, croit-il, de ne pas s'enterrer…
Dans l'exigence de leur confrontation, chacun mettra l'autre face à ses contradictions et à ses peurs et lui permettra, peut-être, d'avancer.
Une histoire d'amour, en somme…

...

Jean-François Pignon n'est pas acteur, comment en est-il arrivé à jouer le rôle de Miguel ?

La manière qu'a Jean-François Pignon de dresser les chevaux est très intéressante. Il n'agit jamais par la contrainte mais en les mettant dans une situation inconfortable qui les amène à comprendre en douceur ce qu'ils ont à faire…C'est un exercice très délicat.

Après étude du story - board, il m'a appelé pour me dire qu'en trois mois de dressage, il était capable d'assurer toutes les scènes. Nous nous sommes rencontrés en Allemagne où il était en tournée.
J'étais en casting pour le rôle de Miguel et, dans mon envie d'authenticité, je cherchais donc un acteur capable d'avoir l'air crédible face à un cheval en furie… Difficile

En le voyant, j'ai eu un choc :
C'était lui, le Miguel que je cherchais. Il est tombé des nues quand je lui ai proposé le rôle. .






Entretien avec Samy Frey

Qu'est-ce qui vous a intéressé dans ce projet ?
J'ai tout de suite aimé le personnage de l'écuyer et la confrontation avec cette jeune femme, ainsi que la qualité des rapports entre les personnages. En plus, j'ai appris énormément sur les chevaux. Vivre au milieu d'eux pendant un certain temps m'a beaucoup plu.

Votre personnage est assez énigmatique. Comment le définiriez-vous ?
C'est un homme très complexe dont la pensée est souvent en opposition avec ce qu'il dit. C'est un homme qui ne s' intéresse qu'aux personnes capables de se surpasser. Il attend et il espère, tout en voulant donner l'air d'avoir fait le tour de tout. Il vit seul dans cette ferme, et il assume sa solitude. Il a consacré sa vie aux chevaux et a compris certaines choses, notamment que l'apprentissage personnel ne s'arrête jamais : c'est cette recherche perpétuelle qui le rend toujours vivant et passionné. Il mourra en ayant toujours l'impression d'avoir quelque chose à apprendre. Je pense que beaucoup de personnes peuvent se retrouver en lui.

Dans quel état d'esprit est-il lorsqu'il voit le personnage de Mathilde Seigner arriver ?
Il est dans le déni de lui-même et de tout ce qu'il y a autour de lui. En fait, il est dans le même état que le personnage de Mathilde, c'est-à-dire qu'il n'a plus le goût de vivre. Et je crois que c'est son désarroi à elle qui lui redonne l'envie de se battre. Mais cela, il ne le comprendra qu'à la fin…

Vous avez des caractères assez opposés avec Mathilde Seigner. Comment avez-vous travaillé avec elle ?
J'ai découvert quelqu'un de tout à fait agréable dans le travail. J ' avais beaucoup de texte et c'est toujours un problème lorsque la personne en face en a moins. D'autant que Mathilde est quelqu'un d'excessivement drôle et rapide qui n'arrête pas de faire le pitre. Mais elle a su s'arrêter et respecter ma concentration, je lui en ai été reconnaissant. Elle était très attentive et respectueuse, on a vraiment travaillé ensemble.

Et comment vous êtes-vous préparé avec les chevaux ?
C'était un vrai plaisir de retrouver les chevaux chaque jour, ce sont des animaux de légende. J'aimais tout : leur odeur, leur comportement et même le danger qu'il y a à travailler avec eux. Je me suis fait mordre, marcher sur le pied, taper avec les sabots sur la poitrine mais cela n'a jamais été dramatique.

Le fait de devoir se plier aux humeurs des chevaux pour pouvoir tourner, cela vous a-t-il gêné ?
Cela ne me dérangeait pas du tout d'attendre qu'ils soient prêts, j'étais là pour ça. Eux aussi attendaient que je dise bien mon texte et que je joue bien mon rôle ! Lorsqu'ils étaient fatigués, on s'arrêtait. La production a eu la générosité de laisser faire les choses naturellement sans forcer les chevaux. De toute façon, on ne peut pas les forcer. La manière qu'a Jean-François Pignon de dresser les chevaux est très intéressante. Il n'agit jamais par la contrainte mais en les mettant dans une situation inconfortable qui les amène à comprendre en douceur ce qu'ils ont à faire…C'est un exercice très délicat.

Qu'est-ce qui vous a plu dans la façon de travailler de Valérie Guignabodet ?
Le fait qu'elle connaisse bien les chevaux et qu'elle soit passionnée d'équitation a rendu le tournage très agréable. Elle est ouverte à la discussion. Quand elle voyait qu'une situation qu'elle avait envisagée ne pouvait pas se produire, elle savait revenir sur sa décision.

Est-ce que le film vous a laissé des traces ?
J'ai appris beaucoup de choses sur les chevaux à travers mon personnage et notamment sur la relation entre l'homme et le cheval, en particulier lors du dressage. No us avons eu la chance de tourner dans un endroit magnifique avec de très beaux décors… C'est avec tendresse et affection que je repense à cette expérience.


Entretien avec Mathilde Seigner

Qu'est-ce qui vous a plu dans le scénario de Danse avec lui ?
Ce qui me plaisait dans cette histoire, c'est la rencontre entre ces deux êtres. Lui est passé à côté de sa vie. Il n'a aimé que les chevaux et pense qu'il est trop tard pour recommencer. Elle est encore jeune et pour elle tout serait encore possible si elle n'était pas paralysée par la peur. C'est un film qui parle de reconstruction et j'aimais cette idée que l'on puisse guérir de certains problèmes à travers les chevaux, même s'ils ne sont qu'un vecteur. Car en fait, c'est une histoire d'amour entre elle et lui.

Comment définiriez-vous le personnage d'Alexandra ?
C'est une femme brisée, qui ne croît plus en rien même si elle essaie de sauver les apparences. Lorsqu'elle arrive dans cette ferme, elle rencontre cet écuyer, interprété par Sami Frey, qui va l'aider à retrouver confiance en elle et à pouvoir vivre à nouveau. C'est grâce aux chevaux qu'ils vont pouvoir communiquer et finalement s'aider et s'aimer.

Sami Frey est un acteur assez posé. Avec votre tempérament souvent volcanique, comment avez-vous travaillé avec lui ?
Sami est un faux cérébral. En fait, c'est quelqu'un de très intuitif. Moi, je suis très indisciplinée et le silence me donne le trac. Pour lui, c'est l'inverse. Alors, quand les scènes étaient sur lui, je respectais son silence. J'étais très intimidée lorsque nous avons commencé à tourner. Il est mystérieux, envoûtant, magnétique… J'ai même l'impression que mon jeu a été un peu différent, comme s'il m'avait donné un peu de mystère... J'ai été totalement séduite et troublée par Sami. D'ailleurs, qui ne l'est pas !

Dans ce film, on vous découvre dans un registre plus dramatique. Vous allez surprendre…
Valérie m'a dit : " Je veux tes secrets. Je sais que tu n'es pas celle que l'on croit. Tu as une fragilité, tu es quelqu'un de pudique et de très tendre. " Elle voulait des choses que je ne montre pas souvent dans les comédies. Pour la première fois, le public va me voir différemment. Les gens du métier m'ont collé l'étiquette d'une fille rebelle et grande gueule mais, même si j'ai du caractère, je ne suis pas cette fille-là. On se trompe beaucoup sur moi.

Vous retrouvez Valérie Guignabodet après Mariages ! Entre vous, on a l'impression que l'entente est parfaite…
Quand je lui ai dit qu'elle avait fait un beau film, elle m'a répondu : " Non, on a fait un beau film. " J'ai le sentiment qu'elle retrouve en moi beaucoup de choses. Comme moi, elle a du caractère. Elle est dure, droite, franche, carrée… Et puis, elle a réglé ses problèmes de la même manière que moi, avec la nature et les chevaux . Entre nous, il y a quelque chose de fort et nous avons un rapport très simple. Sur le plateau, elle a vraiment été étonnante. Valérie, c'est comme une voiture tout terrain, elle passe partout !

Comment s'est passé votre entraînement avec les chevaux ?
D'abord, j'ai toujours eu une passion pour les chevaux. Pour le film, j'ai travaillé pendant six mois de manière intensive avec Bernard Sachsé qui m'a appris une quantité de choses. Il a vraiment un enseignement qui n'est pas banal. Sa manière d'aborder l'art équestre est un véritable parcours initiatique qui vous apaise et vous rend plus serein .

Est-ce que cette façon particulière d'aborder les chevaux vous a aidée dans votre rapport avec les gens ?
Je crois sincèrement que ce film a une vertu thérapeutique . Après l'avoir vu, certaines personnes m' ont avoué q u'elles avaient eu le sentiment de grandir et de mieux comprendre leur propre vie. Personnellement , j'ai senti le jour où j'ai lâché des choses et, aujourd'hui , je sais que je vais mieux. Avec les chevaux, vous ne pouvez pas tricher. Quand vous faites une fausse manoeuvre à cheval vous courrez le risque de vous faire éjecter. Cela vous oblige à vous structurer et à vous calmer.

Pendant le tournage, vous avez dû vivre au rythme des chevaux…
Mais je préfère vivre au rythme des chevaux qu'à celui des hommes ! J'ai eu la chance de mélanger mes deux passions : le cinéma et les chevaux. Qu'est-ce que je peux demander de plus ? C'est vraiment le tournage le plus fort et le plus magique que j'ai vécu.

Ce film va-t-il tenir une place particulière dans votre carrière ?
Ce film restera très important pour moi. L'histoire est magnifique, c'est très bien écrit… C'est un film qui a de la classe et de l'élégance, comme les chevaux. Un film majestueux.

Découvrez Jean-François Pignon - ses stages en Belgique !  son site - Cliquez ici

Entretien avec Jean-François Pignon

Vous êtes connu dans le monde entier pour vos spectacles où les chevaux sont en liberté. Pourquoi Valérie Guignabodet est-elle venue vous voir ?
Elle cherchait quelqu'un pour dresser des chevaux à l'attaque. Elle m'a envoyé le story-board, il y avait des choses difficiles mais j'estimais qu'en trois mois c'était possible. Ce qui m'inquiétait le plus, c'était que sur le tournage les chevaux seraient face aux comédiens et non face à moi. C'est toujours délicat pour eux de changer d'interlocuteur et il fallait vraiment que les acteurs soient dans les mêmes répliques de gestes et de paroles . Heureusement, Mathilde et Sami ont été excellents face à la situation.

Combien de chevaux avez-vous dressés et comment avez-vous fait ?
J'ai dressé deux étalons pour les rendre apparemment violents et dangereux. Le cheval blanc était coaché par son dresseur, Michel Lerpinière, mais il nous est arrivé de travailler ensemble pour certaines scènes de liberté. Ce qui m'a le plus surpris, c'est la précision qu'on a demandée aux chevaux, même pour les scènes en liberté.

Vous interprétez également le personnage de Miguel. Comment le définiriez-vous ?
C'est un homme un peu perdu, qui a oublié le goût de vivre. Il fait les choses avec peu d'intérêt, reste assez distant avec les gens et avance dans la vie les yeux dans le vague.

Avez-vous été surpris lorsque Valérie Guignabodet vous a proposé le rôle ?
Oui, bien sûr ! D'un côté, cela me rassurait par rapport aux chevaux parce que c'était plus simple que d'avoir affaire à un comédien ou une doublure. D'un autre côté, j'étais inquiet parce que je n'avais jamais joué la comédie et je ne savais pas du tout si j'allais en être capable…

Comment vous êtes-vous préparé ?
J'ai eu un coach qui m'a beaucoup aidé. Elle m'a appris à penser les choses sans forcément les dire afin d'être plus dans la situation. Et puis, nous avons répété toutes les scènes avec Valérie. J'ai vraiment aimé travailler avec elle et je suis prêt à recommencer quand elle veut! Que ce soit avec les chevaux ou les comédiens, elle était très patiente. C'était une belle expérience.

Le fait que Valérie soit proche des chevaux, cela a-t-il rendu votre travail plus facile ?
Sans aucun doute. Elle connaît très bien les chevaux et sait qu'ils sont ultras sensibles, qu'ils ont besoin d'être dans une bonne ambiance et que le dresseur soit là, bien décontracté. Au bout d'un certain temps, j'étais tellement en symbiose avec les chevaux que cela est devenu de plus en plus facile. Quand Valérie l'a senti, elle a cherché à être plus pointue et nous avons poussé le travail encore plus loin.

Etiez-vous impressionné de jouer face à Mathilde Seigner et Sami Frey ?
Quand je suis arrivé sur le tournage, Mathilde m'a tout de suite mis à l'aise. Sami était plus distant et plus difficile à cerner, mais petit à petit, une complicité s'est installée entre nous.

Que retenez-vous de cette aventure ?
J'ai souvent été surpris de l'efficacité du travail avec les chevaux. Et j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer la comédie… Je ne sais pas si je referai un film mais si Danse avec lui devait rester ma seule expérience cinématographique, je n'aurais que des bons souvenirs.




Pour vous procurer le DVD du film "Danse avec lui "

En Wallonie

ABAT asbl
2 rue de la Claudine
1380 Lasne
0475/66.55.60

pour le DVD : 7,5euros (frais de port offert pour la Belgique) à verser sur le compte ING BE45 3100 8575 8089 BBRUBEBB de l'asbl ABAT ou Possibilité de le retirer au bureau de la FFE ou lors d'organisations équestres


! en vente aussi les DVD "Pom le Poulain" et "Le Cheval Ouvrier"
réduction si achat de plusieurs DVD

In het vlandere

Is er niet meer nu in stock
we moeten wachten


ALEA SHOP
76 Lostraat - 9850 Merendree -
09/3716900
! Bestel nu

 

 

In het nederlands

DANSE AVEC LUI

Een DVD voor alle paardenliefhebbers en (kandidaat)ruiters!

Deze film over relaties en het idee dat men bepaalde problemen via paarden kan overwinnen, is tegelijkertijd een levensles en een les in de rijkunst. Men belicht onder andere de noodzaak om ontspannen in het zadel te zitten en het belang van rekening te houden met de psychologie van het paard.

Naast de film zelf, vindt men op de DVD als bonus een 'Making of' van 25 minuten met interviews met de regisseuse, de acteurs, extra draaiscènes,… die toelaten te ontdekken hoe en in welke omstandigheden, met respect voor het paard, deze film tot stand kwam.

Het verhaal:
Aan de ene kant een vrouw. Zij rijdt paard zoals hier gebruikelijk is, springend over balken, muren, hagen; zonder weigeringen of ontwijken. Ze leeft zoals ze de hindernissen neemt, de ene na de andere, altijd sneller, altijd hoger. Tot op het breekpunt - de val en de dood van haar paard, het bedrog en het overlijden van haar echtgenoot - wat haar verdwaasd en getraumatiseerd achterlaat: niet in staat te begrijpen en het leven te hervatten, niet in de mogelijkheid opnieuw paard te rijden, lief te hebben, te leven.
Aan de andere kant een carrière zonder hindernissen, een lege stal, een oud wit paard, een oude man. Hij heeft nooit één balk gesprongen, nooit een wedstrijd gewonnen en nochtans laat hij de paarden dansen, in zachtheid en harmonie, in een wederzijds begrip met een delicaat en diep gevoel voor horsemanship, maar nooit in staat om dit ten dienste te stellen van zijn leven…
Met hem, zal zij haar angst overwinnen en zich weer in het zadel hijsen, zodoende een andere verstandhouding ontdekken met paarden, met mensen, en opnieuw leren leven, op een andere manier…
Met haar, ontdekt hij de noodzaak om te delen en het plezier om te geven,…

Eendracht maakt macht, in samenwerking met de FFE (Fédération Francophone d'Equitation) en de VVR-LRV verschijnt deze DVD in België in de originele versie, maar met Nederlandse ondertiteling.

Deze film werd gerealiseerd door Valérie Guignabodet, met Mathilde Seigner, Sami Frey, Anthony Delon en Jean-François-Pignon, Bernard en Agnès Saché, Michel Lerpinière, Georges Branche… en de Lusitano paarden Jeitoso, Qualitativo, Queluz en Bandido.

Isabelle Dolphijn






Partenaires

Radio Nostalgie



Panini : Chevaux, ponys, compagnons d'aventure

Fédération Francophone d'Equitation et d'Attelage

Le magazine belge du cheval et du tourisme équestre

Groupement Hippique des Cercles Réunis  :  équitation en Brabant et Bruxelles

Fédération Nationale Belge du PRE


N'hésitez pas faire un lien de votre site vers le film !

Belgique : Danse avec lui, chevaux, cinéma : le 7 mars

 

 



 

FilmsLe Monde du Cheval - Devis gratuit : contactez-nous !
webmaster - Copyright Equi-Info-Développement 1999-2016